Le médecin traitant et le parcours de soins coordonnés

Prendre soin de soi

Ajouter aux favoris
Le médecin traitant et le parcours de soins coordonnés

Crédit photographique : National Cancer Institute - Unsplash

Avoir un médecin traitant est important pour ton suivi médical : on t'explique pourquoi !

Tu arrives dans une nouvelle ville pour tes études ou ton emploi et tu cherches un nouveau médecin ? Tu souhaites changer de médecin ? Tu peux consulter l’annuaire des professionnel·les de santé sur le site de l’Assurance Maladie pour trouver un médecin près de chez toi. Tu es libre de choisir le médecin traitant de ton choix, et d’en changer dès que tu le souhaites.

Choisir un médecin traitant te permet :

  • d’être suivi·e par un·e professionnel·le de santé qui connaît ton dossier médical et de bénéficier d’un·e suivi personnalisé ;
  • d’être mieux remboursé·e lorsque tu consultes ton ou ta médecin ;
  • de respecter le parcours de soins coordonnés.

Il est important de choisir un médecin traitant que tu pourras consulter facilement lorsque tu en auras besoin et avec lequel tu te sens à l’aise. Si le comportement de ton médecin ne te convient pas, si tu es mal à l’aise ou que tu as l’impression de ne pas être pris·e en charge correctement, tu as le droit de changer de médecin. Une fois que tu as choisi ton médecin traitant, tu dois le déclarer à ta caisse d'assurance maladie.

Il peut arriver qu’un médecin ne prenne pas de nouveaux ou nouvelles patient·es, ou refuse de devenir ton médecin traitant. Dans ce cas, tu devras tenter ta chance auprès d’un autre médecin. Si tu ne parviens vraiment pas à trouver de médecin, l’Assurance Maladie propose des solutions alternatives.

Pour être bien remboursé·e de tes frais médicaux, tu dois toujours consulter ton ou ta médecin traitant avant d’aller chez un·e spécialiste : c’est ce qu’on appelle le parcours de soins coordonnés.

Si tu ne suis pas ce parcours, tu seras moins bien remboursé·e. Il existe des exceptions au parcours de soins coordonnés, pour certains actes médicaux (l’IVG par exemple) ou pour certaines spécialités (les chirurgien·nes-dentistes, les sages-femmes, les pharmacien·nes…).

Un médecin peut-il refuser de me soigner ?

Dans certaines situations, un·e professionnel·le de santé a le droit de refuser la réalisation d’un acte médical en fonction de ses convictions personnelles, professionnelles ou éthiques. Mais il ou elle est obligé·e de porter assistance à une personne en danger, ou de s’assurer que la personne reçoit les soins dont elle a besoin. Dans tous les cas, si un médecin refuse de te soigner du fait de ses convictions, il ou elle doit te rediriger vers un autre médecin.

Par contre, le médecin n’a pas le droit de refuser un soin pour des raisons financières (si tu es bénéficiaire de la Complémentaire santé solidaire par exemple) ou pour un motif discriminatoire (sexe ou genre, couleur de peau, situation familiale, handicap, état de santé, orientation sexuelle, âge…). Si un médecin refuse de te soigner pour l’une de ces raisons, tu peux en informer ta CPAM ou le conseil de l’ordre professionnel concerné pour le faire sanctionner. Tu peux aussi faire appel au Défenseur des Droits.

Article mis à jour le 30/11/2022