L'IVG, parlons-en !

Prendre soin de soi

Ajouter aux favoris
L'IVG, parlons-en !

Crédit photographique : Polina Kovaleva - Pexels

L’IVG (l’Interruption Volontaire de Grossesse), plus couramment appelé l’avortement, te permet de faire le choix de ne pas mener ta grossesse à terme.

 

Il y a beaucoup de personnes qui sont contre l’IVG. Il faut alors que tu fasses attention à la désinformation que tu peux trouver, notamment sur internet. En fin d’article, tu auras une liste de sites fiables à consulter. Tu peux aussi appeler le 0800 08 11 11. C’est le seul numéro d’informations fiables sur l’IVG. Il est totalement anonyme et gratuit.

Être enceint·e sans le vouloir 

Le test est positif mais tu n’es pas encore prêt·e à être parent ou tu ne veux pas d’enfants ? Tu peux décider d'interrompre ta grossesse. Ce choix n’appartient qu’à toi, que tu sois en couple ou pas. Bien-sûr, tu peux en discuter avec ton, ta ou tes partenaire·s.
L’IVG doit être faite avant la fin de la quatorzième semaine, soit, au plus tard, à 3 mois de grossesse. Si tu es mineur·e, tu as le droit d’avorter mais il faudra que tu sois accompagné·e d’un·e adulte. Tu n’es pas obligée de choisir un membre de ta famille, ni d’en informer tes proches. Tu peux demander à quelqu’un en qui tu as confiance, un·e ami·e déjà majeur·e ou même une personne du planning familial.

Différence entre IVG, IMG et fausse couche

Une IVG est choisie. C’est toi qui décide de ne pas poursuivre ta grossesse pour des raisons qui t’appartiennent. C’est un droit acquis en 1975 grâce à Simone Veil, ministre de la santé à ce moment-là. Aucun avis extérieur ne peut intervenir et remettre en cause cela : ton corps, ton choix, ton droit.  
Une IMG est une Interruption Médicale de Grossesse. Il n’ y pas de délai à respecter car elle est faite pour motif médical : si le fœtus représente un risque pour toi ou lui-même. Bien-sûr, la décision finale t'appartient. Ça ne sera pas fait si tu n’es pas d’accord.
Une fausse couche est l’arrêt naturel (quand le corps est le seul responsable) ou accidentel (quand un élément extérieur intervient, par exemple, un accident de la route) d’une grossesse voulue. 

L’IVG, comment ça se passe ?

Que tu sois majeur·e ou mineur·e, tu as deux consultations médicales obligatoires à faire.
La première consultation est faite pour que tu poses toutes les questions que tu veux à ton ou ta professionnel·le de santé. À ce stade, ta ou ton médecin peut te prescrire un dépistage des IST et du VIH si tu as eu un rapport dit à risque. Il se peut aussi que tu aies à faire une échographie pour dater la grossesse et savoir si tu es dans les délais. 
La deuxième consultation te permet de confirmer ton choix d’avortement par écrit et de donner ton consentement (y compris celui de l’adulte qui t’accompagne si tu es mineur·e). C’est à la fin de ce rendez-vous que la date de l’IVG est fixée.

En aucun cas les personnes que tu consultes ne doivent te forcer à ne pas faire l’interruption. Si tu te sens jugé·e ou mal à l’aise, tu peux décider d’arrêter le rendez-vous.

Les deux façons d’avorter

Suivant ton âge, le terme de ta grossesse et ton état de santé, tu n’auras pas la même intervention. Dans tous les cas, l’IVG est prise en charge à 100%. Et tu as le droit de rester anonyme, même si tu es mineur·e.

  • L’IVG médicamenteuse est, comme son nom l’indique, une prise de deux médicaments qui vont provoquer une évacuation de l’embryon. Un qui arrêtera la grossesse et 24h à 48h plus tard, un deuxième pour expulser l'œuf de ton col de l’utérus. Tu vas alors saigner comme si tu avais tes règles et tu peux aussi avoir mal en bas du ventre. Si les douleurs ou les saignements continuent 3 jours après la prise du deuxième médicament, n’hésite pas à consulter pour t’assurer que tout va bien. 

  • L’IVG chirurgicale implique une hospitalisation d’au moins une demi-journée. L'intervention dure environ dix minutes. Le ou la praticien·ne aspirera l’embryon pour le sortir de ton corps. Il se peut que tu aies quelques petits saignements ou des douleurs suite à cette intervention. 

14 à 21 jours après l’interruption, tu dois faire une visite de contrôle. C’est aussi l’occasion de faire le point sur ta contraception.

Le Vrai/Faux... IVG

Faux.
Si tu décides de faire l’IVG médicamenteuse, cela peut se faire dans des centres de santé, au planning familial ou dans des cabinets médicaux classiques. 

Faux.
L’IVG n’agit pas sur le fonctionnement de ton corps. Simplement sur l'embryon en place dans ton utérus. Tu peux retomber enceinte dans le mois qui suit l’interruption.

Vrai et Faux.
Tout dépend de chacun·e. Tous les corps ne réagissent pas de la même manière.

Faux.
Les délais sont prévus pour que lors de l’intervention, le foetus ne soit pas encore formé (ou peu). Et le cœur ne bat pas encore

Faux.
Ce n’est pas parce que tu es en couple que tu veux des enfants ! Et inversement. Ce n'est pas parce que tu n'es pas en couple que tu n'es pas capable d'assumer un enfant, si tu souhaites le garder. 

 


Pour aller plus loin 

Santé publique france. Compléments d’articles concernant l’IVG. 

IVG les adresses. Endroits qui pratiquent les IVG, une FAQ, articles,...

Fil Santé Jeune. Grossesse, IVG, contraception, ... + numéros verts, FAQ et chat.

Francetv Slash/causes : l’IVG, c’est sacré  

Je ne suis pas jolie : Mon avortement, le pire c’est les autres

@clitrevolution 

@cultivonsleconsentement 

@ivglesinfos 

@tonplanatoi

Vécus d’IVG

Luna Podcast 

Je suis une sur trois

 

Article mis à jour le 28/09/2022