La première consultation gynécologique... et celles d'après

Prendre soin de soi

Ajouter aux favoris
La première consultation gynécologique... et celles d'après

Crédit photographique : Polina Tankilevitch - Pexels

Le suivi gynécologique est essentiel pour t'assurer d'être en bonne santé

Généralement, tu t’en fais toute une montagne alors que ce n’est pas si terrible. Garde bien en tête, si tu es gêné·e à l’idée de consulter un·e gynécologue, que tu n’es pas le ou la seul·e patient·e qu’il ou elle voit. Il ou elle ne se souviendra pas de ton anatomie.

La première consultation, comment ça se passe ?


Tu ne te dénuderas pas à ton premier rendez-vous. Ce n’est qu’un moment d’échange et de questions, sur ton rapport au corps, ton mode de vie, ta sexualité, si tu as ou veux une contraception... Ça peut te paraître gênant. Mais rassure-toi, tout ce qui est dit, reste entre toi et elle ou lui. C'est l’occasion de parler de choses moins connues comme les mycoses, les infections urinaires, les douleurs de règles... Par contre, si jamais le ou la gynécologue se rend compte que tu as potentiellement une mycose par exemple, il est possible qu’il ou elle ait besoin de t’ausculter. Pour ça, il ou elle doit te demander ton autorisation. Et tu as le droit de refuser. Si tu es encore vierge, précise-le. Il ou elle n’a pas le droit de t’insérer quoi que ce soit dans le vagin dans ce cas.

Qui, quand et pourquoi consulter ?

La première consultation peut se faire auprès d’un·e gynécologue, ton/ta médecin généraliste (même s’il est conseillé de voir un·e spécialiste) ou une sage-femme/un maïeuticien. Pour celles d’après, il est conseillé de voir un·e gynécologue qui sera plus à même de répondre à tes besoins. Le site Améli prévoit un annuaire de santé où tu pourras trouver un·e professionnel·le.
Tu peux aussi te tourner vers un CPEF (Centre de Planification et d’Éducation Familiale) ou un Planning Familial pour une consultation anonyme et gratuite
Tu dois trouver quelqu’un qui te correspond.

Si, tu souhaites te rendre à ta première consultation (et à toutes les autres) accompagné·e, tu peux. Le principal, c’est que tu sois le plus à l’aise possible !

Mais alors, quand est-ce que tu dois consulter ? Pour ton premier rendez-vous, tu peux y aller à l’âge que tu veux. L’idéal, c’est au moment de tes premières règles et/ou tes premiers rapports sexuels. Ensuite, si tu n’as pas de problèmes particuliers, il est recommandé d’y aller tous les ans

  • une gêne ;
  • des picotements ;
  • des démangeaisons ;
  • des brûlures ;
  • une mauvaise odeur ;
  • des pertes blanches ou des règles différentes de d’habitude ;
  • de très grosses douleurs.

Tu n’es pas obligé·e d’être épilé·e pour tes rendez-vous gynécologiques. Que ce soient tes jambes, tes aiselles ou ton sexe. Ça ne change rien pour le ou la praticienne. Et si tu as tes règles, tu peux quand même aller à ton rendez-vous. Tout acte peut être fait même en période de règle.

Les violences gynécologiques, ça existe ?

Une violence gynécologique est un acte violent, malveillant voire sexuel sur le ou la patient·e. Si tu es un homme transgenre avec un vagin et un utérus, tu dois quand même prendre soin de ton appareil génital. Mais tou·tes les praticien·nes n'ont pas encore l'ouverture d'esprit pour te prendre en charge. La Fédération LGBTI+ de Nouvelle Aquitaine ou GynéCo peuvent t’orienter vers un·e gynécologue transfriendly et inclusif·ve
De manière générale, un examen est toujours fait avec des gants neufs et stériles. Et tu ne dois jamais être entièrement nu·e. Soit tu n’as pas le bas, soit tu n’as pas le haut. De même, il ou elle n’a pas le droit de t’insérer ou de te toucher le sexe ou les seins sans ton consentement.

  • ne doit pas s’éterniser ;
  • doit être lubrifié seulement par un produit ;
  • ne doit pas être des aller-retours (type masturbation) ;
  • ne doit en aucun cas stimuler le clitoris.
  • avec qu’une seule main ;
  • avec la main totalement plate ;
  • avec les trois doigts du milieu ;
  • un sein à la fois.

Dans une autre mesure, il y a le sexisme gynécologique. C’est le fait de te juger sur ton nombre de partenaires (qui n’est pas une question normalement posée), sur tes envies ou non d’avoir des enfants, ton choix de contraception, ta tenue vestimentaire, ton apparence physique, ton identité de genre, ton poids... Bref, toutes les remarques inappropriées et déplacées.

Tu peux porter plainte et/ou dénoncer le ou la praticien·ne au Conseil de l’Ordre des Médecins si jamais tu es ou as été victime de ce genre de choses.


Pour aller plus loin

Fil Santé Jeune. Complément d’articles sur la gynécologie. 


Santé BD. BD personnalisables sur la santé, notamment la consultation gynécologique.

gyneco_girl

gyneco_fem

la_vulve_magique

Le micro des gynécos

Le Gynécologue et la Sorcière 

L’écho des gynécos 

Journal des vulves

Dans nos culottes

 

Article mis à jour le 04/10/2022